Les idées reçues sur les crèches privées

Syndrome du Bébé Secoué
14 mai 2017
Fabriquer son Liniment
14 mai 2017

Les idées reçues sur les crèches privées

Les idées reçues sur les crèches privées ont la vie dure ! Trop chères, peu accessibles, personnel non qualifié, oubliez tout ce que vous pensiez savoir ! Les crèches privées (associatives ou inter-entreprises) gagnent à être connues.

  1. « Le tarif est plus élevé que dans une crèche municipale »

Faux ! Si la crèche est conventionnée par la CAF, les tarifs appliqués sont ceux définis par le barème de la Caisse Nationale des Allocations Familiales. Ce barème est le même pour toutes les crèches publiques, municipales ou départementales, associatives et privées. Les crèches bénéficient d’une subvention « prestation de service unique » par la Caisse d’allocations familiales dès lors qu’elles appliquent ce barème.

  1. « couches, repas et matériel ne sont pas fournis »

Faux ! Les crèches privées bénéficient du même matériel que les crèches municipales : couches, linge, produits de toilette… tout est prévu pour accueillir au mieux les enfants de 0 à 3 ans.

  1. « Il est impossible de trouver une place en crèche privée, tout le monde ne peut pas en bénéficier »

Faux ! Les entreprises clientes des crèches privées réservent des berceaux auxquels peuvent prétendre tous les salariés de jeunes enfants, en âge d’aller en crèche. C’est une offre supplémentaire que l’entreprise met à disposition de ces salariés.

Certaines places y sont parfois également réservées par les Mairies.

  1. « Il n’y a que les grandes entreprises qui réservent des places »

Faux ! Au même titre que les grandes entreprises, les PME ont droit et de plus en plus recours à la réservation de places en crèches privées. Toute entreprise peut choisir le nombre de places qu’elle souhaite réserver pour ses salariés parents. Pour l’entreprise, 83% du coût de réservation d’un berceau peut être déduit (IS et CIF).

  1. « Elles ne sont pas soumises aux mêmes contrôles et réglementations »

Faux ! Les crèches privées sont soumises aux mêmes réglementations et contrôles que les crèches municipales. La PMI (Protection Maternelle et Infantile) délivre l’autorisation officielle d’exercer l’activité d’accueil du jeune enfant en établissement d’accueil de jeunes enfants.

Des contrôles de sécurité, d’hygiène, de qualité et de l’aménagement des espaces sont également obligatoires.

  1. « Le personnel n’est pas aussi qualifié que dans les crèches municipales »

Faux ! Tout le personnel des crèches privées est diplômé et formé aux métiers de la petite enfance : éducateur de Jeunes Enfants, Auxiliaire de Puériculture, Auxiliaire Petite Enfance, Infirmier.… L’encadrement est soumis est soumis aux mêmes règles. La PMI veille au respect de la législation.

  1. « Les horaires sont réduits »

Faux ! Les horaires sont définis par le gestionnaire de la crèche et souvent, l’amplitude horaire est plus large que dans une crèche publique afin de permettre aux parents d’allier au mieux vie privée et vie professionnelle. La plupart des crèches privées prévoient une plage horaire de 7h30 à 19h, certaines proposent des horaires décalés, adaptés aux professions aux horaires atypiques.